Développement durable et restauration : mariage de cœur ou de raison ?